contraception et religion

Publié le par mailan

article sérieux? non, mais c'est une discussion avec des collègues qui m'en a donné l'idée. C'est une des choses que j'adore à vivre ici, en apprendre tous les jours un peu plus sur le Rwanda, par bribes, au détour d'une conversation  ou d'une nouvelle rencontre.

un midi, alors que l'on discute tranquillement, un collègue annonce que pour lui la solution au développement du Rwanda est  le planning famillial (ou  en moins politiquement correct, le controle des naissances).  En moyenne, le nombre d'enfants par femmes est en effet aujourd'hui de 6, dans le pays le plus densément peuplé d'afrique, où le problème du partage des terres se pose chaque jour... cf mon article précédent sur ce sujet.

euh oui, on discute souvent de comment sauver le monde ou développer le rwanda en deux temps trois mouvements, que voulez vous, on a des ambitions ou on n'en a pas!

bref, la discussion s'enflamme, et beaucoup autour de la table sont d'accord: le principal frein au développement du Rwanda est la croissance exponentielle de sa population. Argument principal, tous les pays développés ont autour de 2 enfants par femme, et le développement de l'Europe s'est fait parallèlement à sa transition démographique... et au fait que la colonisation ait absorbé beaucoup du surplus de population à cette période. De vagues souvenirs de cours d'histoire, d'une courbe de transition démographique entre autres, refont surface dans ma tete...

enfin pourquoi cet article? parce que la discussion s'oriente sur un sujet interessant: comment arriver à diminuer le nombre moyen d'enfants par femmes dans un pays aussi profondément croyant que le Rwanda. D'ailleurs au moment même où nous avions cette conversation, des disciples du fameux evangeliste américain Rick Warren passent dans le coin et distribuent à gogo (ou aux gogos) des traductions des paroles de leur gourou en kinyarwanda (essayez de lire son livre culte, Purpose Driven Life, un mélange de marketing agressif et de pseudo-psychologie genre "comment réussir sa vie"). Enfin je dis ca mais ici cet homme est une idole!

Pour mes collègues, la solution est simple: ils sont en général très croyants, et tout à fait d'accord avec la position de l'église pronant plutot le A(bstinance) et le B(e faithful) que le C(ondoms). Mais... et c'est là où le débat devient intéressant, ils trouvent que l'église devrait reconnaitre la situation difficile du Rwanda et adapter sa position ... en une position "transitoire" afin d'aider les pays en développement et pays menacés du SIDA. Ah si le pape était aussi ouvert d'esprit!!!!

Publié dans life in rwanda

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cLAU 09/07/2007 22:26

Cela me rappelle un roman que je viens de lire où un pape en fuite rencontre un proche d'habyarimana qui se sent coupable du génocide... Et le pape lui explique que, s'il y a un coupable, c'est l'Eglise qui par ses positions intransigeantes a mis les Rwandais presque dans l'obligation d'éliminer une partie de la population pour pouvoir survivre sur cette si petite terre... Cela m'avait fait tout bizarre de trouver le Rwanda dans un roman qui n'avait a priori rien à voir...
Sinon, bientôt un an qu'on s'est rencontrés... Toi et Thibault, seuls visages connus à l'arivée... Je uis pas prête d'oublier... Le 22 juillet, on fête les 4 ans de Flor et notre anni de rencontre : tu passes manger le gateau ???