Immigration

Publié le par mailan

Extrait de dialogue, Service Immigration :

« - Quelles sont les procédures pour obtenir un visa  de résidence ?

-        Pour une personne qui travaille ?

-        Non, pour une personne qui ne travaille pas

-        Ca n’est pas possible. Accorder un permis de résidence à une personne qui ne travaille pas ? Comment va-t-elle survivre ? il faut s’assurer qu’elle ne tombe pas dans la mendicité, dans la rue.

-        Ah non aucun risque, cette personne vit avec son compagnon, qui travaille

-        Combien gagne-t-il ? pourra-t-il entretenir cette personne ? Non, ce sera difficile d’accorder un permis si la personne ne travaille pas, vous savez nous ne voulons pas que cette personne se retrouve dans la rue, misérable"

A priori, dialogue habituel – politique bien connue des pays développés, vous ne pouvez pas immigrer si vous n’avez pas déjà un travail, un compte bancaire bien approvisionné, un billet de retour, bref, qu’est ce que vous venez foutre chez nous si ça n’est pas pour travailler, vous allez profiter de notre système social, sombrer dans la mendicité, la prostitution, brrrr

Alors pourquoi ai-je l’impression de sombrer dans un roman de Kafka, quand l’employé des services d’immigration rwandaise me fait cette réponse ? Pendant quelques secondes, j’hésite à lui dire : « oh mais c’est pour un muzungu, avant qu’un muzungu sombre dans la mendicité dans un pays où 60% des gens vivent avec moins d’un dollar par jour, il faudrait vraiment qu’il le fasse exprès… ».

Mais après tout pourquoi pas ?

Pourquoi le Rwanda ne pourrait pas me faire la même réponse que la France fait à un Rwandais… Parce qu’économiquement ça n’a pas de sens ? A priori le Rwanda aurait plus intérêt à ce que je vienne dépenser mes euros ici qu’à me refuser l’entrée. Après tout même Sarko a compris ça, qu’il a tout intérêt laisser passer les immigrants qui peuvent apporter qq chose à la France …. Il appelle ca l’immigration choisie.

Oui mais justement…  politiquement… Pourquoi un pays en développement ne pourrait pas lui aussi monter jalousement la garde à ses frontières ? Comme le Brésil de Lula qui imposait des queues interminables et un ‘finger print request’ à tous les visiteurs américains.

Peut être parce que je m’attends à ce que, mieux que tous, il sache que ces frontières ne sont que des inventions futiles, frileuses et inutiles.

Publié dans life in rwanda

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article